Religon

La religion dans Trials of Ascension a un impact important sur la façon de jouer son personnage. Quand quelqu’un prête serment de foi envers un culte, il est attendu de lui qu’il ait un comportement approprié à sa religion et poursuive les objectifs de sa foi par des actions spécifiques. Les obligations du culte allouent de grands pouvoirs, tels que les sorts, la possession d’un sanctuaire dans lequel les autres peuvent vénérer leur divinité, et éventuellement atteindre le statut de Hiérophante, le meneur suprême du culte. Mais prenez garde – d’importants pouvoirs amènent de grandes responsabilités et de grands dangers.

Voici une brève description des dix dieux de TerVarus actuellement connus des mortels de TerVarus.

 AROLIAN

Certains prétendent que dans chaque bouclier, dans chaque pièce d’armure, et dans les pierres des murs de chaque cité, un peu d’Arolian peut être trouvé. Elle est l’essence de la protection et de la défense.

Une divinité bienveillante pleine de compassion, Arolian considère tous les êtres vivants comme ses propres enfants et cherche à les protéger contre les multiples dangers de la vie. La philosophie d’Arolian est que toutes les créatures vivantes devraient essayer de vivre ensemble en paix et en évitant les conflits. Elle conçoit que la plupart des créatures aient besoin de manger, et ainsi tuer pour manger, s’abriter et se défendre est permis. Arolian considère les morts-vivants comme étant une abomination de la sainteté de la vie, et c’est pourquoi de temps à autre les fidèles d’Arolian livre bataille à ceux du culte d’Omnus lorsque les armées mort-vivantes sont trop nombreuses ou quand les atrocités commises sont trop flagrantes.

Arolian comprend aussi que de temps en temps ceux qui ne sont pas de son culte attaquent ses loyaux disciples. Ses fidèles peuvent se défendre eux-même, jusqu'à la mort si besoin est. Cependant, le meurtre est fortement découragé et les alternatives non létales sont toujours préférées. Pour cette raison, beaucoup de diplomates et d’ambassadeurs sont de fidèles disciples ou des prêtres.

 CADUCEAS

Caduceas est une source intarissable de soins et de santé. Ses fidèles doivent assurer au monde le soin des blessures et le traitement des maladies du peuple afin de lui donner une vie longue et heureuse. Les combats et les souffrances personnelles sont les pires fléaux de ce monde, car ils apportent douleur et mort. Ses adeptes recherchent constamment ceux qui sont dans le besoin et se sacrifieront même si cela est nécessaire pour aider les autres. Ils ne souhaitent plus prendre part aux combats avant que toutes les autres possibilités aient échoué, et n’y recherchent jamais, dans aucune circonstance, le profit personnel.

En raison de leur philosophie de la compassion et du sacrifice personnel, les fidèles de Caduceas sont souvent persécutés par les adeptes d’Omnus. Par la volonté de leur déesse, ils restent dans sa grâce quand ils se défendent contre les forces du mal. De plus, comme la vie est précieuse et doit être préservée à tout prix, les morts-vivants sont une abomination à effacer du monde sans aucun remord. Les fidèles de Caduceas s’habillent de blanc pour représenter leur pureté d’esprit.

Bien que l’utilisation des gourdins et des masses soit permise, les adeptes sont encouragés à focaliser leur entraînement sur la défense; ils sont réputés pour employer tout forme d’armure et d’instruments de protection dans ce but. Grâce à leurs bonnes relations avec la plupart des autres cultes, ceci est une philosophie pratique; ils apportent soins et soutien pendant que leurs alliés se battent contre l’ennemi. Ils encouragent la paix et la bonne volonté entre les TerVariens autant qu’ils le peuvent, et le Hiérophante du culte illustre bien cet idéal.

 DALGAR

Contrairement aux croyances populaires, la mort et la destruction ne sont pas les principes des adeptes de Dalgar. Le véritable art du combat est la seule chose qui importe vraiment, et à ce titre les dalgariens ont dédié leur vie à cette fin. La mort et la destruction sont seulement les signes du conflit, et un bon combat ne doit pas forcément aboutir à l’un des deux ; un peu de sang par-ci par-là suffit dans la plupart des cas. Les dalgariens sont excités par l’enivrante précipitation des dangers surgissant pendant le combat; si quelqu’un tombe c’est qu’il manquait de talent, et sa mort était donc mérité. Toute stratégie ou tout stratagème sournois est accepté pour parvenir à la victoire.

Connu comme de féroces combattants doté d’un instinct de conservation limité voir inexistant, les dalgariens sont souvent employé dans la milice ou dans des forces armées, bien que leur goût inhérent à la destruction et leur soif de bataille les rendent inaptes dans les rôles de protection de la loi. Ils gardent une profonde conviction que Dalgar, le guerrier ultime, surveille le moindre de leur mouvements, abattra celui qui fuit lâchement le champs de bataille, et récompensera bien celui qui aura bravement combattu jusqu’à la mort. Bien que cette philosophie amène indubitablement à une vie excitante, elle a également tendance à rendre une telle vie plus courte.

 EANOLA

Eanola se tient au coté de Meeka et Verdian comme un des trois dieux TerVarien de la nature. Alors que Meeka se préoccupe du royaume animal et Verdian de celui des plantes, Eanola contrôle les forces brutes de la nature, et en particulier le temps.

Une divinité très distante, Eanola ignore presque les activités des races mortelles, bien qu’elle montre une grande loyauté à ses fidèles dévoués et se vengera de ceux qui auront trouvé le profit par le mal. De même, les actions qui menacent l’ordre naturel des choses amèneront son mécontentement, bien que seul les transgressions les plus extrêmes provoqueront la pleine force de sa colère. Même si ses prêtres s’acquittent normalement de telles actions punitives, Eanola peut amener sécheresses, inondations, tempêtes, tremblements de terre, glissements de terrain, ou n’importe quelle autre catastrophe naturelle.

Puisqu’ils sont en direct opposition avec l’ordre naturel, Eanola et ses adeptes ont un grand dégoût envers Omnus et ses laquais. Cette aversion peut ne pas atteindre les extrêmes qui existent entre Omnus et Caduceas, mais elle est suffisamment forte pour que les adeptes d’Eanola ne refusent que rarement le combat avec une telle progéniture.

 MEEKA

Les fidèles de meeka croient que tous les animaux ont leur place dans le grand cycle; certains sont faits pour être des prédateurs et d’autres pour être des proies. L’apprivoisement d’animaux sauvages qui n’était jamais senser exister dans cet état est désapprouvé par Meeka et ses fidèles et ils ont l’habitude de se dépasser pour prévenir de telles tentatives.

Les meekiens sont consternés par l’utilisation d’animaux morts pour de noires desseins, comme ceux pratiqués par les suivants d Omnus. De telles créations sont empêchés et détruites à vue, une tache pour laquelle les fidèles Meekiens s’allient souvent avec les cultes des autres dieux de la nature. Eanola et Veridian, et la divinité de la vie, Caduceas. Il y a cependant une certaine tolérance montrée à l’égard de ceux qui choisissent de porter des peaux d’animaux; bien que les châtiments violents ne soient pas si fréquents.

 
 
 
 
 OCCUL

Occul et ses fidèles s’efforcent de servir la connaissance et de déraciner la tromperie partout ou l’on peut la trouver. Ils sont de grands gardiens du savoir et de grands divins, capable de dénicher et de déchiffrer même les mystères les plus complexes. Peuples, créatures, choses et lieux, qu’il soient connus ou obscurs, sont tous dignes d’être étudiés et leurs secrets mis à nu. Occul lui même est l’œil qui voit tout qui ne peut jamais être trompé ou trahi.

Le culte d Occul regroupe différents types de fidèles, de ceux qui voient la connaissance comme une fin en soi, à ceux qui voient la connaissance comme un moyen d'arriver a ce qu’ils cherchent. Occul accueille bien le premier et tolère le dernier, encourageant tous ses suivants à aider les autres dans la découverte de nouvelles connaissances, et pour révéler les secrets et le savoir quand cela est possible. La plupart mènent des voyages au travers de TerVarus dans un effort d’étendre leur compréhension personnelle et collective du monde. Pour les fidèles, la connaissance est le véritable pouvoir.

 
 
 OMNUS

Omnus dirige son domaine en élevant les morts pour obéir à ses désirs. Guerre, conflit, poison, fléau, et la maladie sont les alliés d’Omnus et de ses adeptes, car ils fournissent les outils nécessaires pour accomplir leurs objectifs. Les cadavres sont des outils que toutes les autres religions Tervariennes ont inconsidérément rejeté, assurées dans leurs croyances puériles qu’ils sont en paix. Raison de plus pour les réveiller et les utiliser à son avantage ! Ceux qui soignent et guérissent sont le fléau des fidèles d’Omnus et devraient être converti à titre posthumes, pour qu’ils puissent atteindre son but ou celui du culte, ou être détruit sans délai pour qu’ils n’interfèrent plus avec les grandes expériences de la vie et de la mort.

A cause de leur persécution par la majorité des autres religions, les fidèles d’Omnus ont été encouragé à apprendre l’art du camouflage pour cacher leur véritable nature. Les déguisements, les subterfuges, et l’utilisation du poison et d’autres instruments de mort silencieux sont les principaux moyens de dissimuler sa vraie nature lorsqu’on est forcé de vivre avec les non-croyants. Les sacrifices vivants, particulièrement des fidèles de Caduceas, sont une tradition honorée et considérée comme essentielle pour devenir le hiérophante du culte.

Toute arme, armure, ou instrument peut être employé par les prêtres d’Omnus, bien que les os sont préférés et les armes qui répandant du sang en grande quantité sont vue comme la voie la plus rapide et la plus sacrée pour fournir des cadavres. Les sanctuaires peuvent être placés n’importe où, mais les endroits reculés comme les caves ou les galeries sont plus adaptés au secret si important du culte. Les prêtres d’Omnus sont solitaires par nature en règle générale, bien qu’ils puissent se rassembler dans certaines occasions, habituellement pour se débarrasser d’un ennemi ennuyeux ou gênant.

 SOLESTALORIX

Solestalorix est le seul représentant de la race des dragons parmi les déités de TerVarus, un nouveau dieu qui s’éleva au pouvoir à la conclusion de l’Age Sombre. Maintenant, il commande seul la dévotion des dragons, mais ces dernières ont montré un peu de leur nouvelle foi envers les autres dieux, et jusqu'ici elles semblent être tout à fait satisfaites de le délaisser de cette façon.

Le seul fait solide qui fut éclairci est que ses ethos sont composés de trois Chemins distincts : le Chemin du gardien, le Chemin de l’héritier, et le Chemin du conquérant. Collectivement, ils sont connus comme « le Chemin des Trois », et ils régissent et sont régis par les relations des dragons avec les autres races de TerVarus. En dépit de leur nature apparemment contradictoire, Solestalorix est vénéré pour les incarner toutes les trois, et il semble accorder une bénédiction égale sur tous ses fidèles, indépendamment du Chemin qu’ils suivent.

Même si les autres dieux de TerVarus n’apparaissent pas comme étant activement hostile à Solestalorix, aucun d’eux n’a choisi d’éclairer ses fidèles sur leurs sentiments à son égard. La durée de cet état est incertaine, mais leur silence a fait peu pour réparer l'animosité que leurs disciples éprouvent pour le peuple des dragons.

 TUREK

Les fidèles de Turek croient dans l’avancement des races dominantes de TerVarus à travers le commerce et l’artisanat. Depuis la plus grande structure à la plus petite sculpture, les fidèles de Turek voient la beauté dans tout ce qui est fabriqué par le talent et l’art. Bien que beaucoup de biens et de bâtiments prisés aient été détruits par les disciples ignorants de Veridian, les fidèles de Turek savent qu’ils peuvent être remplacés par de nouveaux, plus travaillés. Ainsi, c’est un compliment d’avoir un bien détruit par les actions sauvages des disciples de Veridian, plutôt qu’une cause de vengeance. Après tout, Turek lui-même a dit avoir développé le premier les compétences nécessaires pour construire tout ce qui est grand et beau sur TerVarus; quelle voie plus sacrée y a-t-il que de développer ces capacités?

Même si on peut devenir riche en perfectionnant son commerce, c’est le savoir-faire manuel qui est le plus important. Quelle arme ou armure est employée sans signification, si ce n’est qu’elle a rempli son rôle aussi efficacement que possible. Les fidèles de Turek répareront leurs articles mais préfèrent en construire de nouveaux, se donnant une chance de faire mieux que l’original; les articles qui sont simplement réparés souffriront des maladresses du fabriquant et ainsi seront moins parfaites aux yeux de Turek.

 VERIDIAN

Veridian est l’essence et la force vitale de la nature et des plantes. Il représente la nature sauvage en premier lieu, tout en ranimant le concept et l’expansion de tout ce qui est souillé par la civilisation. La pureté de la nature et la vie des plantes en tout lieu est sa première priorité, et ses disciples maintiennent sa foi avec vigilance et passion, luttant avec acharnement pour empêcher l’établissement ou l’expansion des villages à leur portée.

Veridian enseigne à ses fidèles à protéger la nature et tout ce qui y pousse, permettant aux végétaux de s’épanouir où ils veulent et d’étendre leur influence en en plantant de nouveaux où rien ne poussait auparavant. Il n’a pas de véritables ennemis, bien que Turek et ses agents sont très mal vus pour leur propension à étendre la civilisation et l’établissement de structures artificielles.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Trials of Ascension ?

19 aiment, 2 pas.
Note moyenne : (21 évaluations | 1 critique)
6,2 / 10 - Assez bien